Construire EcoBioClimatique®

Construire EcoBioClimatique, c’est « construire autrement » : Durable, au sens technique et environnemental, Performant, Ecologique, Bioclimatique et Economique afin de rendre la construction confortable, faiblement consommatrice d’énergie, à faible impact  environnemental et  accessible à tous dès aujourd’hui.

Le bâtiment est toujours « en retard d’une guerre », contre tout et en particulier contre l’évolution des réglementations thermiques et environnementales alors que celles-ci sont insuffisantes.

La planète souffre du pillage de ses richesses naturelles et de la pollution. Le bâtiment (construction et usage) est largement responsable de la situation. Il marque de son impact négatif notre planète.

Construire EcoBioClimatique, c’est intégrer dans la démarche constructive toutes les incidences d’amont et d’aval :

durable

Le bâtiment c’est :

  • 43 % de l’énergie consommée
  • 23 % des gaz à effet de serre

Il est donc du devoir de chacun, professionnels et consommateurs, de construire et acheter, en nous interrogeant à chaque fois sur l’impact Environnemental de nos choix. Pourquoi « ramer à contre courant » ? Pourquoi construire obsolète ? C’est l’obligation « morale » de tous.

Cela est possible :

  • avec les produits disponibles aujourd’hui sur le marché : équipements et composants
  • et plus généralement les moyens techniques de construction dont nous disposons,
  • sans augmenter les charges des ménages et même en les réduisant.

Techniques constructives

L’objectif premier, sur lequel aucun compromis n’est possible, c’est la très haute performance. Pour y parvenir les parois opaques doivent être très isolées ( R minimum 7) et les parties vitrées en triple vitrage (R=2 ou Ug = 0.5) . L’étanchéité, donc la réalisation ne tolère aucune imperfection, elle est très soignée.

En considérant que l’objectif premier est atteint, il est évident que certains matériaux constructifs ou isolants  seront plus ou moins favorables en matière de durabilité, de mobilisation de matières premières non renouvelables, de capacité à être recyclés en fin de vie, de fixation de carbone…

A chacun selon sa conscience écologique et son budget.

La réalisation la plus aboutie sera construite en bois exploité de façon durable, isolée en cellulose ou fibre de bois, équipée de menuiseries triple vitrage bois (ou bois aluminium), VMC double flux couplée à un puits canadien, les apports solaires seront modulés par des BSO, la conception bioclimatique oriente la construction de façon à implanter sur les toits des panneaux photovoltaïques. L’électricité produite pourra être utilisée aussi bien pour les besoins domestiques que pour le chauffage direct ou par des solutions plus avancées telles qu’une centrale « 4 en 1 » ou un poêle à granulés (selon volume à chauffer).

Ce que nous vous proposons pour réaliser vos ouvrages si vous êtes professionnel ou votre maison si vous êtes particulier :

 Quels Résultats chiffrés ?

La consommation en chauffage sera divisée par 3 pour une maison neuve, de 60 kWh/m²/an (RT2012) à 20 kWh/m²/an (le passif est à 15), pour une rénovation elle sera réduite de 60 à 80% selon le niveau de départ.

Pour un logement de 100 à 150 m², le coût du chauffage sera de l’ordre de 10 € par mois !

Nos produits

 Comprendre certaines notions : résistance et conductivité

  •  Mesure de l’efficacité thermique d’une paroi
    • U = coefficient de transmission calorifique : U = 1/R
  • Mesure de la capacité d’un matériau à isoler :
    • λ =  la conductivité thermique, caractérise la nature du produit sans notion d’épaisseur
    • R =  résistance thermique, la Résistance thermique  R = e/ λ, l’épaisseur (e) est mesurée en mètres pour ce calcul.R et U prennent en compte la nature des produits et leur épaisseur

Exemples :

Les produits les plus courants  d’isolation (laines minérales, polystyrène expansé, cellulose, chanvre, fibre de bois) caractérisés par conductibilité thermique  ont une valeur : 0.035 < λ < 0.040

Pour un mur comportant une épaisseur d’isolant de 10 cm, ce qui correspond à une maison RT2005,

  • la résistance thermique est alors de R = 2.5
  • Le coefficient de transmission thermique est U = 0.4

Pour un mur comportant une épaisseur d’isolant de 25 cm, ce qui correspond à une maison « passive »,

  • la résistance thermique est alors de R = 6.25
  • et le coefficient de transmission thermique est U = 0.16

Pour un vitrage, qui est un produit fini, mis en œuvre tel que le fabricant l’a réalisé, celui-ci est en général caractérisé par le coefficient de transmission thermique :

  • Un double vitrage faible émissivité, 4/16Ar/4 dont le Ug = 1.3 a résistance thermique est R = 0.77
  • Un triple vitrage faible émissivité, 4/18Ar/4/18Ar/4 dont le Ug = 0.5 a  résistance thermique de R = 2.0
  • On ne calcule pas de λ  puisque plusieurs matériaux sont associés (verre, gaz)

 

Il appartient à chacun de faire un choix responsable avant qu’il ne soit trop tard en réduisant son impact environnemental.

N’hésitez pas à nous interroger, nous vous conseillerons et vous accompagnerons dans votre projet.